L’éducation financière pour mieux appréhender sa vie




En France comme dans d’autres pays, parler d’argent ou tout simplement de niveau de vie reste un sujet tabou et complexe. Beaucoup de raisons culturelles en sont à l’origine, notamment le tiraillement du français entre le partage et l’égalité d’une part, les inégalités absolues de l’autre. Il faut dire que, dans son histoire, le peuple s’est battu jusqu’au sang pour obtenir des droits « d’égalité ». Evoquer l’argent rappelle que certains en ont, d’autres non et sous-entend qu’il peut y avoir des inégalités. Tout cela remue beaucoup dans l’inconscient collectif. Ajoutons les discours sur l’argent sale, la honte des profits ou le manque de redistribution des richesses, et il est certain que le sujet n’est jamais accueilli de façon sereine en société même s’il est discuté régulièrement dans les ménages.

L’intelligence financière rend la vie plus facile
Pourtant, sans une compréhension de la matière financière, force est de constater que le monde se serait écroulé depuis longtemps. Il ne s’agit pas de voir les mauvais côtés mais d’accepter qu’elle puisse en avoir de bons. La sécurité financière demeure aussi importante que la sécurité alimentaire ou sanitaire. Elle fait parties de nos vies. Ainsi, pour devenir un être humain complet et faire face aux évolutions, celui-ci doit aussi avoir un « Q. I. financier » (expression utilisée par Jenny Delblond, coach en éducation financière). Ce Quotient intellectuel signifie une réflexion aboutie sur des solutions qui permettent de mieux appréhender ses impératifs et son bien-être. En effet, comprendre les mécanismes de l’argent, permet d’entrevoir sa vie de façon très différente. En outre, mieux gérer son argent peut aussi rapporter gros. On peut obtenir plus et à tous les niveaux. Si on maîtrise les règles, on peut créer d’incroyables atouts et des opportunités inimaginables dans le cadre de son propre bonheur.

Une utilité certaine pour un entrepreneur
Les entrepreneurs en font rapidement l’expérience. Ils n’arrivent pas à grand-chose s’ils ne savent pas compter ! Une fois l’apprentissage effectué, ils créent plus rapidement de la richesse et des emplois, ils sont mieux à même de proposer des dossiers cohérents à de potentiels investisseurs, rassurent les banques. Car la finance, sujet vital, peut aussi être un allié. Si on maîtrise ses règles, elle apaise le travail des salariés et des dirigeants. Et lorsque les profits sont là, ils contribuent au bonheur de tous. L’économiste Easterlin l’a démontré en prouvant qu’un riche est toujours plus heureux qu’un pauvre. Il a aussi rajouté qu’il n’existe aucune corrélation entre le niveau de richesse d’un pays et le bonheur des individus qui y vivent. Les études récentes démontrent également que l’argent n’apporte pas plus de bonheur à partir d’un certain seuil (compris entre 40 000 et  70 000 euros par an). Ce n’est donc pas le niveau d’argent qui nous importe mais de savoir bien le gérer et l’utiliser ! 

Article de Émilie JOULIA